Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 16:20
L'ENJEU DE SE CONNECTER A SES EMOTIONS

Une certaine prise de conscience que les émotions ne sont peut-être pas un tabou dans l'entreprise se fait jour!

Heureusement car l'émotion est au cœur de nos vies. Elle n'est encore que peu prise en compte ce qui est un vrai frein au développement des personnes et des équipes. L'émotion a un sens, c'est une information essentielle que nous pouvons apprendre à décoder chez soi et chez les autres. C'est souvent un ré-apprentissage car même si comprendre son émotion est inné, nous l'avons souvent oublié suite à tant de refoulements!

Les émotions sont de l'énergie qui aurait pu être employée pour atteindre nos objectifs alors que bien souvent cette énergie part dans la frustration, le découragement, l'agressivité, le conflit...

Le coût de la non prise en compte de nos états émotionnels est très élevé, pouvant aller jusqu'au burn out, ou collectivement la baisse d'activité voire la faillite!

La peur nous fait adapter des comportements d'évitement, ne nous permet pas de dire non, nous fait retenir l'information... elle remet en cause la confiance en soi.

La colère altère notre jugement, rend difficile la communication, agit sur estime de soi, nous pèse tout simplement...

Et en même temps, c'est bien grâce aux relations interpersonnelles de qualité que nous parvenons à contacter le meilleur de chacun, à bien motiver les équipes, à communiquer...

Mais avoir des relations interpersonnelles de qualité commence par les relations avec soi-même. Si je ne suis pas connecté à ce que je ressens, je n'ai pas d'alignement intérieur, et je suis plus facilement en mode réactionnel.


Il est grand temps que l'humain retrouve sa connexion à qui il est et à son ressenti pour gagner en confiance en soi, en efficience collective et pour trouver un sens à sa vie.

Venez re-découvrir l'énorme avantage de mieux connaitre ses émotions pour améliorer ses relations, son management et soi-même!

infos sur: http://www.coaching-montblanc.com/index.php/stages

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 14:30

e sont les relations qui nous ont fait mal, ce sont les relations qui nous guérissent…,

Nous nous sommes construits à partir du lien, le premier groupe ayant été la famille. Le groupe, en thérapie, est un espace dans lequel il nous est possible de revisiter notre communication, l'image de nous-mêmes, le lien aux autres, dans un climat de protection et de permission indispensable au changement.

La thérapie de groupe permet à chacun, au fil des séances, de prendre conscience de son mode de relations aux autres (fusionnel, dépendance, inhibition, passivité, agressivité...), d’améliorer sa confiance en soi et aux autres, d'expérimenter de nouveaux comportements. Le travail collaboratif de chacun est aidant et fait souvent écho à l'ensemble du groupe. Les résistances s'effacent pour laisser place à ses ressources personnelles.

Choisir de participer à un groupe de Psychothérapie humaniste permet d’améliorer ses relations aux autres, d’explorer ce qui se joue entre soi et l’autre, de repérer ses blocages et de restaurer la fluidité et de liberté dans sa manière d’être au monde.

Le travail en groupe s’inscrit dans un processus qui nécessite l’engagement dans la durée. Votre implication et votre régularité à chaque session favorisera le déploiement de votre « Être au monde » dans un mouvement dynamique et créatif.

Groupe de thérapie 2016 séances mensuelles

A Grenoble le samedi ou dimanche de 10h à 17h. Ce groupe a débuté le 19 septembre 2015 et se poursuit depuis. Toujours existant en 2019

A Passy (74) en soirée le vendredi de 20h à 22h30

A La Roche sur Foron (74) le mercredi de 20h à 22h30

Pour plus d'information: 06 82 53 10 1 7

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 14:19
THERAPIE DE GROUPE

Ce sont les relations qui nous ont fait mal, ce sont les relations qui nous guérissent…,

Nous nous sommes construits à partir du lien, le premier groupe ayant été la famille. Le groupe, en thérapie, est un espace dans lequel il nous est possible de revisiter notre communication, l'image de nous-mêmes, le lien aux autres, dans un climat de protection et de permission indispensable au changement.

La thérapie de groupe permet à chacun, au fil des séances, de prendre conscience de son mode de relations aux autres (fusionnel, dépendance, inhibition, passivité, agressivité...), d’améliorer sa confiance en soi et aux autres, d'expérimenter de nouveaux comportements. Le travail collaboratif de chacun est aidant et fait souvent écho à l'ensemble du groupe. Les résistances s'effacent pour laisser place à ses ressources personnelles.

Choisir de participer à un groupe de Psychothérapie humaniste permet d’améliorer ses relations aux autres, d’explorer ce qui se joue entre soi et l’autre, de repérer ses blocages et de restaurer la fluidité et de liberté dans sa manière d’être au monde.

Le travail en groupe s’inscrit dans un processus qui nécessite l’engagement dans la durée. Votre implication et votre régularité à chaque session favorisera le déploiement de votre « Être au monde » dans un mouvement dynamique et créatif.

Groupe de thérapie 2016 séances mensuelles

A Grenoble le samedi ou dimanche de 10h à 17h (ce groupe débute le 19 septembre 2015)

A Passy (74) en soirée le vendredi de 20h à 22h30

A La Roche sur Foron (74) le mercredi de 20h à 22h30

Pour plus d'information: 06 82 53 10 1 7

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 21:42
STAGE GRAMMAIRE DES EMOTIONS

Les intelligences émotionnelle et relationnelle font la différence dans le monde d'aujourd'hui. Nos réactions émotionnelles peuvent impacter fortement réussite ou échec. Comment réagissons-nous face au stress et aux situations complexes ? Comment faisons-nous face aux défis posés par la vie professionnelle ?

Nos réactions émotionnelles excessives ou déplacées nous desservent.

Objectifs

- Savoir faire la différence entre une émotion et une réaction émotionnelle parasite et identifier les réactions émotionnelles susceptibles de perturber les relations professionnelles, à l’intérieur d’une équipe ou avec des personnes extérieures à la structure, et savoir y réagir.
- Savoir écouter, accueillir et accompagner les émotions d’autrui, notamment la colère, et recadrer les réactions émotionnelles excessives des collaborateurs, clients, stagiaires, élèves, patients ou usagers.
- Développer son savoir-faire relationnel en application professionnelle.

Partager cet article

Repost0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:04

R0011699.JPGMes clients me disent souvent avoir des difficultés à faire confiance à leurs salariés. Et moins ils leur font confiance, plus les attitudes de ces derniers leur montrent qu'ils ont raison. 


Alors le cercle non vertueux de la défiance s'installe, reflètant celui non moins vertueux de toute la société d'aujourd'hui. Le management comme l'opinion publique est dans une situation de défiance: il faut contrôler, juger, surveiller, créer des normes, des limites, des pressions, des interdictions...autant de contraintes qui déresponsabilisent et freinent l'énergie créatrice et innovante de chacun et de la collectivité.

 

Les français ont un rapport personnalisé à leur travail nous disent les sociologues. Une grande part de notre identité est liée à notre travail, notre fonction, beaucoup plus que partout en Europe.

 

Un management basé sur la défiance impactera les personnes dans leurs identités personnelles et profondes. Elles se mettront par conséquent inconsciemment dans leur mécanisme de défense favori, rebellion, soumission ou repli sans plus aucune envie d'agir sauf sous la contrainte explicitée. Ceci venant valider le bien fondé de la défiance et de ses comportements.

 

Et nous entrons dans la spirale du stress croissant, de la perte du professionnalisme, de la non efficience, de la précarisation, de la baisse de performance et de la PEUR. 

 

Créons la confiance car la confiance appelle la confiance et libère l'énergie créatrice

 

''Dieu crée les hommes, comme la mer les continents, en se retirant '' Hölderlin

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 16:21

voeux-2013.jpg

En ce début d'année 2013, que je vous souhaite belle et riche en aventure intérieure, j'ai le plaisir de partager avec vous quelques idées d'évolution personnelle vers notre joie de vivre et l'incarnation pleine et entière de notre riche potentiel.

Pourquoi ne pas imaginer cette visite par les points suivants?


  • Par l’écoute et la reconnaissance de nos désirs essentiels.

En étant à l’écoute de son Etre intérieur et de ses désirs essentiels, nous retrouvons  le plaisir créatif de l’enfant en nous et abandons les désirs conditionnés par les autres et l’environnement. À notre insu, ce détournement de notre attention et de notre énergie en faveur de bénéfices illusoires, nous empêche de sentir nos désirs propres. Les désirs conditionnés rappellent l’illusion de la dualité : ‘succès ou échec’,  ‘peur et contrôle’,  ‘incorrection et perfection’, ‘pouvoir et impuissance’…

Reconnaitre et être en lien avec ses désirs essentiels nous aide à être curieux et ouverts à la vie, à notre  intuition et à notre  pouvoir créatif.


  • Par la clarté de l’intention qui guide nos actions vers nos objectifs.

Avoir une intention claire, savoir ce que nous voulons libres de tout conditionnement et de toute influence, c’est avoir la capacité de vivre le moment présent en laissant aller tout jugement, en cessant de chercher chez l’autre les preuves de notre existence. C’est croire en soi et en ses capacités. Notre intention affecte directement nos comportements. Développer notre  sens de l’intention dans notre vie servira à guider nos actions vers nos objectifs et d’éviter des indécisions, des hésitations, des souffrances intimes, … que nous ne cessons de vouloir oublier, mais qui « ne cessent pas » de nous rattraper.

 

  • Par la confiance en soi que se trouve dans la reconnaissance de notre véritable nature.  

 La confiance en soi, c’est la sensation d’être confortablement installé à l’intérieur de soi, de connaitre et reconnaitre notre vraie nature et de l’accepter. Cela renforcera notre estime de soi, qui est le socle sur lequel nous pouvons construire notre joie de vivre et nous connecter à notre potentiel.

 

  • Par la motivation, la détermination, la persévérance qui aplanissent les obstacles. 

Si nous gardons le cap avec motivation, détermination et persévérance, alors les obstacles deviennent plus futiles,

 

  • Par le sens de l’humour dans nos réussites ou nos échecs.

L’humour salvateur dédramatise et rend ses oripeaux aux fantasmes.  

L’humour provoque une faille dans les mécanismes de la pensée et surtout une distanciation avec l’objet de la souffrance. Il fait cesser le monologue dans nos têtes et banalise les injonctions (il faut, tu dois…)  


  • Par la capacité d’écoute et de présence à soi-même et aux autres.

Etre présent à soi-même, conscient de ce que nous vivons dans l’instant renforce notre lien à soi et donc aux autres. Notre capacité d’écoute est facilitée et l’authenticité de la relation aux autres ainsi possible renforce notre estime de soi et notre guidance.

 

  • Par l’autonomie qui nous permet de sentir sans limites.

L’autonomie est la capacité de sentir que l’on est une personne unique qui évolue en totale interdépendance avec les autres et avec l’Univers. Les personnes autonomes savent et acceptent que personne ne puisse décider à leur place, que personne ne puisse vivre, aimer, pas plus qu’elles ne peuvent vivre la vie de l’autre.
La solidarité de fait entre tout être humain n’implique pas que l’on puisse posséder ou se laisser posséder par autrui ou se confondre avec lui en lui demandant de nous porter.

 

 

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 10:24

R0011578---Copie.JPG

 

LE STRESS, C'EST QUOI AU JUSTE?

C'est en cherchant le dénominateur commun à toutes maladies, le syndrôme présent dans tout trouble, que  Hans Selve  découvre le SGA : Syndrome Général d’Adaptation, et en donne la première description du stress en 1936 dans la revue anglaise « Nature » Syndrom Produced by Various Nocuous Agents. (Syndrome déterminé par divers agents pathogènes): Le stress est la réaction non spécifique de l’organisme face à toute stimulation. 

Le stress est la réaction de tentative d’adaptation de l’organisme. Elle se déroule en trois phases, l’alarme, la résistance et l’épuisement. Par extension, le stress est aussi le taux de fatigue et d’usure du corps. C'est donc bien une maladie car il y a lutte du corps or la maladie est le travail du corps en vue de recouvrer la santé. Les principaux aspects du concept de stress ont été définis en 1956.


A l’origine le mot stress décrivait l’effet de la contrainte sur une poutrelle d'acier ou un ressort. Il signifiait : force agissant contre une résistance.

Depuis, le mot stress est entré dans le langage courant et la plupart des personnes l’utilise indifféremment pour décrire la réaction de stress, l’état de stress, l’épuisement et même l’agent stresseur.

  Ne pas confondre stress et agents stresseurs ou facteurs de stress!

Le stress, pour beaucoup d'entre nous, c'est la tension, les nerfs à fleur de peau, l'énervement. C'est le bruit assommant des marteaux piqueurs, la perte de temps dans les embouteillages, le téléphone qui sonne sans interruption ou le collègue de bureau qui vous accable de ses sempiternels reproches, les contrats sur lesquels on ne comptait plus et qui pleuvent au mauvais moment ou ceux  qui ne tombent pas assez vite, avec les humeurs du patron à subir. Ce ne sont en fait que des facteurs de stress, des agents stresseurs.

    Les principaux facteurs de stress

◊ L’insécurité (notamment financière dans nos pays)

◊ Les contraintes et le manque de pouvoir sur les situations 

◊ Les relations difficiles avec l’entourage

◊ Le "il faut ! " et autres croyances contraignantes

◊ Le manque de confiance en soi et en ses capacités

◊ Le bruit, la pollution sonore 

◊ Les conflits de territoire

      ◊ les émotions refoulées 

La contrainte, l’absence de contrôle sur sa vie, sont des agents stresseurs majeurs. Heureusement, nous, humains, avons à notre disposition un cerveau qui nous permet de donner du sens.

Le stress est notre réaction face aux agents stresseurs. Nous ne pouvons pas toujours agir sur les facteurs de stress (quoique nous ayons souvent plus de pouvoir que nous ne le croyons), mais nous pouvons agir sur notre réaction. Autrement dit, si nous n’avons pas toujours le contrôle sur ce qui nous arrive, nous avons toujours le choix, donc le contrôle, sur notre façon de le vivre. 

 

Exemple de manque de pouvoir sur les situations 

◊ Dans le cadre d'une recherche, on demande à deux groupes de travailleurs de réaliser des tâches exigeant une certaine concentration. Les deux groupes étaient exposés à des bruits de fond perturbants (bruits de machines, klaxons, conversations bruyantes en langues inconnues des sujets) chacun des membres d'un groupe avait un interrupteur, placé à portée de main lui permettant de se soustraire aux bruits lorsqu'il le désirait.

Comme prévu le groupe disposant de l'interrupteur eut la productivité la plus élevée et la plus constante. Fait plus intéressant, personne n'utilisa l'interrupteur. Il suffisait de savoir qu'il était là.

  Apprenons à donner du SENS à ce que nous vivons pour tenter de mieux gérer nos réactions face aux agents stresseurs

Partager cet article

Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 09:03

Le sens profond et éthymologique du mot autorité est ''augmenter'' nous explique  Michel Serre dans son livre ''Temps des crises'' .

  Quelqu'un qui a autorité sur moi, c'est quelqu'un qui ''m'augmente'' donc qui m'apporte quelque chose, qui me nourrit. Inversement, si je prends l'autorité sur une personne , c'est pour l'augmenter, la nourrir.

Par conséquent, je m'incline devant l'autorité si elle m'apporte.

  La crise de l'autorité est une des composantes des bouleversements gigantesques que nous sommes entrain de vivre. Michel Serre nous questionne sur notre besoin de l'autorité et  nous interpelle sur notre transgression au fil du temps du sens premier du mot pour aller vers la  construction d'une névrose de l'autorité. 

Comment cette crise de l'autorité inscite à repenser les relations au sein des organisations ou des familles?

Mettons à notre actif cette fabuleuse période d'invention et d'intuition que nous vivons actuellement pour vraiment prendre les rênes de notre avenir et être les acteurs que nous sommes au fond de nous-mêmes.

 

Je vous invite à partager ces quelques minutes avec Michel Serres sur
l'autorité dans le monde actuel.
http://www.apel.fr/video-michel-serres.html41vTPFD7MtL__SL500_AA300_.jpg

Partager cet article

Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 15:48

PAA033000011

 

Voici une vision du futur potentiellement inspirante. Un extrait et des critiques sont disponibles dans le monde sur le lien suivant:

Livre très enthousiaste pour ceux qui s'interessent au futur de notre civilisation et de nos organisations. Des belles idées y sont développées et pemettent d'ouvrir la réflexion


http://internetactu.blog.lemonde.fr/2012/04/13/rifkin-nous-avons-a-nouveau-un-futur/

 

 

Partager cet article

Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:02

seminaires

 

Nous souhaitons  partager avec vous ce lien

 

http://www.dailymotion.com/video/x9epi2_controverses-du-progres-5_news

  autour d’une émission « Controverses autour du Progrès » qui soulève le thème

« La crise des valeurs est-elle la clé de la crise ? ».

  Cette émission a été diffusée sur France Culture et a pour invités Emmanuel Faber, Directeur Général Délégué du groupe Danone et Catherine Dolto thérapeute.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d'Annie MEJEAN
  • : Ouvrir le champ des possibles par l'accompagnement professionnel
  • Contact

Profil

  • annie
  • je suis coach et consultante en entreprise. Retrouvez moi sur www.etikesens.com
  • je suis coach et consultante en entreprise. Retrouvez moi sur www.etikesens.com

Recherche

Catégories

Liens